Les mémoriaux : la préservation de l’histoire des naufrages et de leurs victimes.

DSCN1579

Stèle dédiée aux quelques 4000 victimes du HMT Lancastria à Saint-Nazaire. (Source: Penelily)

Il y a quelques semaines, je me suis rendue à Saint-Nazaire, cité maritime de l’Ouest de la France où des milliers d’hommes ont trouvé la mort lors de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit aussi d’une ville marquée par son histoire maritime et ses différents bâtiments et mémoriaux. Connaissant bien la présence de ces pierres ou statues que l’on peut voir et où l’on peut se recueillir devant le front de mer, je me suis mise en quête d’un de ces mémoriaux dont je connaissais l’existence depuis quelques années. Suite à mes recherches sur l’histoire et la fin tragique du HMT Lancastria, premier paquebot de croisière de la Cunard Line transformé en transporteur de troupe pour les besoins de la Seconde Guerre mondiale, j’avais découvert l’existence d’un mémorial dédié à la mémoire des victimes et des survivants à Saint-Nazaire. En me recueillant devant, je me suis mise à penser au rôle des mémoriaux dans la préservation de l’histoire des naufrages, pan de la grande histoire maritime. Les épaves témoignent telles des squelettes d’acier et de divers matériaux au fond des océans et des mers du Monde. Mais qu’en est-il des mémoriaux terrestres dédiés à ces catastrophes maritimes? Sans être catégorique sur la question, je vais essayer de donner ma vision des choses qui n’est pas forcément celle des autres.

Des mémoriaux en hommage aux sacrifices des malheureux tombés lors des catastrophes maritimes.

 

On pourrait facilement faire la comparaison avec les mémoriaux érigés en l’honneur des sacrifices des hommes partis aux combats pendant les deux guerres mondiales. Cette fonction des mémoriaux maritimes est la première vocation à laquelle on songe. Le mémorial du HMT Lancastria bâti à l’initiative de l’association française des survivants et des familles des victimes avait sûrement en tête la commémoration d’une des plus grandes catastrophes maritimes oubliée de tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cependant peut-on en dire d’avantage pour les différents mémoriaux dédiés aux victimes du Titanic? En tant de guerre, les naufrages de navires passent pour des catastrophes causées par des actes délibérés. Le torpillage du RMS Lusitania en mai 1915 s’inscrit dans cette logique. Les 128 victimes américaines et les autres passagers de diverses nationalités peuvent être dés lors considérés et à juste titre comme des victimes de guerre en tant que civils. Cependant, les quelques 1500 passagers du naufrage du Titanic bénéficient d’un autre traitement. La tragédie du deuxième paquebot de la classe Olympic constitue à elle seule un drame sans contexte politique mondial particulier ni même de conflits menant à des actes de violence délibérés ou exigés par une guerre sous-marine. Les victimes de la plus grande catastrophe maritime en temps de paix jouissent en même temps que l’épave d’un statut de sanctuaire sous-marin en 1973 au même titre que le USS Monitor, navire de guerre américain tombé au cours de la Guerre de Sécession.

DSCN0533

Vue du mémorial des mécaniciens du Titanic, de l’Empress of Ireland et du Lusitania inauguré en mai 1916 près du Royal Liver Building. (Source: Penelily)

 

Les mémoriaux maritimes : un marqueur de l’histoire maritime générale.

Pour autant, l’illustration des mémoriaux dédiés aux victimes du naufrage du Titanic ne reflète pas le phénomène d’oubli historique de certaines catastrophes maritimes et de leurs mémoriaux. Durant la seconde du XIXème siècle, à une époque où bons nombres de clippers et de voiliers assuraient le transport transatlantique de passagers et de marchandises entre l’Europe et les États-Unis, les pertes humaines représentaient un risque à prendre pour les futurs passagers. Les naufrages, bien qu’ils soient tragiques pour les proches des victimes et les survivants pouvaient quand même être commémorés grâce à des mémoriaux érigés sur le lieu du naufrage ou près des cimetières où étaient enterrés les victimes. A titre d’exemple, le 1er avril 1873, la perte du RMS Atlantic dans les eaux canadiennes de la Nouvelle-Écosse, près d’Halifax, a marqué les esprits des habitants locaux. Un mémorial financé par le père de Joseph Bruce Ismay, Thomas Henry Ismay, propriétaire de la White Star Line et armateur de l’Atlantic, a été construit en hommage des victimes du naufrage en 1915. Après des années d’oubli et faute d’entretien permanent, la végétation et le cours de la vie ont repris leurs droits sur cette parenthèse mortelle sur les côtes Est canadiennes.

ss-atlantic-heritage

Stèle en hommage des victimes du SS Atlantic inaugurée une première fois en 1915 puis une seconde fois en 1981 après sa redécouverte en septembre 1980. (Source: tripadvisor.ca)

Grâce à l’initiative d’une association et de volontaires locaux, le mémorial dédié aux victimes du SS Atlantic a été redécouvert en 1980. Une fois libéré de ses mauvaises herbes et restauré au même titre que les deux sites où se trouvent les tombes des malheureuses victimes, principalement des femmes et des enfants, le mémorial a permis le développement du tourisme mettant en valeur l’histoire tragique de l’Atlantic. La « deuxième » vie du mémorial s’est même accompagné d’une seconde cérémonie d’inauguration le 25 juillet 1981 redonnant au mémorial, sa fonction de préservation de l’histoire d’un des naufrages canadiens les plus meurtriers. Un musée s’est greffé toujours grâce au dévouement de la SS Atlantic Heritage Park Society contribuant à présenter le SS Atlantic et son impact dans la région. Plus qu’un simple monument commémoratif, ce mémorial symbolise la perpétuation de l’histoire locale et de l’Histoire maritime du XIXème siècle, peu connue contrairement à celle du XXème siècle puisque cette dernière est illustrée par les naufrages de grands paquebots connus de tous. Les villes de Belfast, de Liverpool, de Southampton, de Cherbourg ou encore de Saint-Nazaire n’oublient pas les drames maritimes qui ont marqué une part de leurs histoires. Directement ou indirectement concernées, ces cités portuaires pour la majorité permettent aux associations des familles des victimes et des survivants de commémorer le sacrifice d’hommes, de femmes et d’enfants partis dans les flots des océans, des mers et des fleuves du Monde.

Les mémoriaux maritimes : un hommage général ou ciblé.

La fonction d’un mémorial maritime consiste à commémorer la mémoire de victimes et des survivants. Certaines stèles, plaques ou sculptures peuvent néanmoins être érigées pour rendre hommage aux victimes d’un ou plusieurs naufrages mais aussi d’une catégorie ou de la totalité des victimes de ce(s) naufrages. Le mémorial de Saint-Nazaire du HMT Lancastria rend hommage à toutes les victimes qu’il s’agisse du jeune soldat britannique ou des civils belges fuyant les bombardements et l’arrivée massive de l’armée allemande lors de l’évacuation de Dunkerque (ou Opération Dynamo) en mai et juin 1940. A contrario, le monument commémoratif près du Prince Dock à Liverpool rend hommage aux mécaniciens du Titanic mais avec le temps, d’autres mécaniciens victimes d’importants naufrages historiques ont été « liés » à ce mémorial. Ainsi l’Empress of Ireland (1012 victimes) et le Lusitania (1201 victimes) ont été assimilés après leurs naufrages en 1914 et 1915 alors que la sculpture avait été commandée par la White Star Line et l’Institut des ingénieurs navals, en incluant seulement le Titanic après son naufrage. La possibilité de rassembler devant un seul mémorial permet de réunir et de toucher un maximum de personnes pour une même cause. Les sacrifices des mécaniciens de ces trois paquebots de compagnies maritimes liverpudliennes différentes représentent une partie de l’histoire maritime de cette ville britannique où ces hommes étaient originaires pour la plupart d’entre eux.

DSCN1205

La pointe Saint-Gildas, près de Saint-Nazaire, a été le théâtre du naufrage du Lancastria. En juin 2016, un mémorial a été inauguré en hommage aux victimes. (Source: Penelily)

Les mémoriaux matérialisent l’histoire d’un drame ou d’une période de l’histoire sombre. Mais comment ne pas s’interroger sur l’interprétation dont peuvent faire ressortir les mots choisis pour rendre hommage aux victimes de naufrage? Le rapide naufrage du HMT Lancastria illustre la différence de perception d’un évènement tragique en temps de guerre. Outre le nouveau mémorial inauguré le 18 juin 2016 à la Pointe Saint-Gildas, lieu du naufrage du transporteur de troupe, il y a d’autres mémoriaux connus à travers le Monde. Selon les mémoriaux, le nombre de victimes varient comme l’illustre l’exemple suivant. La stèle commémorative sur le front de mer de Saint-Nazaire indique 4000 victimes alors que la plaque érigée à Liverpool indique plus précisément 2744 survivants et quelques 6000 victimes. Le nombre de personnes à bord au moment du naufrage reste inconnu tant les évènements du naufrage ont été rapides. La précision des mots et des faits pourrait apparaître inutile mais elle a une réelle utilité. Chaque mot choisi rend hommage aux victimes. Il en va de même pour les commémorations orales qui posent cette fois-ci la question de l’utilité d’un mémorial sous forme de stèle, plaque ou quelques autres monuments.

Des mémoriaux : une nécessité pour commémorer les tragédies maritimes?

La tragédie du HMT Lancastria, la plus meurtrière pour le Royaume-Uni a été à l’origine d’une polémique autour du silence du Gouvernement de Winston Churchill et des Gouvernements suivants jusqu’à celui de David Cameron en 2015. Pour rappel, le Gouvernement de coalition dirigé par Churchill a choisi de ne pas annoncer publiquement le naufrage. Or la presse s’en est chargée au bout de six semaines. Sans oublier que les documents liés au naufrage, classés « secret défense » ne seront accessibles qu’en 2040 si l’on suit cette logique. Mais il se pourrait bien que la chance tourne de leurs côtés pour les victimes, leurs proches et leurs descendants. L’Écosse qui a reconnu le naufrage en frappant une pièce en hommage aux victimes en 2008 n’a fait que mettre sur le devant de la scène la non reconnaissance officielle du naufrage par le Parlement britannique. Face à un silence pesant et sous la pression d’un groupe de députés et de personnes extérieures, le Parlement a reconnu le naufrage au bout de sept décennies. Même si la plaque commémorative de Liverpool avait été posée en 2013, il ne s’agissait que du début concret d’une reconnaissance tant attendue. L’ancien Ministre des finances, George Osborne, au nom du Premier Ministre, a déclaré explicitement que le naufrage était « la plus grande perte de vies britanniques en mer » dans l’histoire maritime du pays. Earl Howe, ancien Ministre de la Défense, n’a fait que confirmer les propos de ce premier en ajoutant : « le sacrifice de militaires et de civils, et le courage de ceux qui ont été sauvés ce jour là, ne doit être jamais oublié. ».

DSCN1189

Plaque dédié aux victimes du naufrage du Lancastria posée en 2013 à Liverpool, deux ans avant la reconnaissance officielle par le Parlement britannique. (Source: Penelily).

Bien que cette commémoration officielle ne se matérialise pas en stèle, plaque ou mémorial au sens où l’on l’entend classiquement, il s’agit d’un hommage aussi important que ceux qui sont organisés tous les 17 juin en France, en Angleterre, en Écosse et dans les autres pays du Monde. Au final, un mémorial peut être le point de départ de la découverte d’une tragédie maritime en temps de paix ou de guerre. La redécouverte du mémorial du SS Atlantic et la découverte du naufrage caché du Lancastria préservé grâce au travail de mémoire et de commémoration démontre toute l’importance des mémoriaux. Alors si vous passez devant une stèle, une plaque ou un monument commémoratif, rappelez-vous que des hommes, des femmes et des enfants ont donné leurs vies et que leurs sacrifices sont gravés dans la petite ou de la grande Histoire.

Pour aller plus loin sur le sujet :

Site internet de la SS Atlantic Heritage Park Society

Dossier de presse du nouveau mémorial de la Pointe Saint-Gildas en hommage aux victimes du HMT Lancastria

Reconnaissance officielle du naufrage du HMT Lancastria par le Parlement de Westminster

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s