Une nouvelle expédition sur l’épave du Titanic en 2018.

L’épave du Titanic va être de nouveau visitée en 2018. Relayée dans les différentes communautés titanicophiles, la nouvelle a de quoi réjouir les plus passionnés. En général,une nouvelle expédition signifie de nouvelles images et de nouvelles vidéos de meilleure qualité sans oublier des données scientifiques actualisées sur l’état de l’épave. Néanmoins, cette joie fait oublier que ces expéditions inaugurent un nouveau mode de financement des plus douteux. Cette nouvelle expédition prévue sur le lieu du naufrage fait fortement penser à l’expédition organisée en 2015. Alors faut-il y voir une nouvelle destination touristique ou s’agit-il d’une expédition de recherches scientifiques comme l’expédition conjointe de la Woods Hole Oceanographic Institute (WHOI) et de la RMS Titanic Inc. de 2010? Je vais essayer d’apporter une réponse complète à cette question grâce à la description de l’expédition faite sur le site de l’entreprise organisatrice, Bluefish.

Une participation active et constructive autour d’objectifs scientifiques précis.

Pour un peu plus de 100 000 dollars, vous pouvez explorer la proue du Titanic tout en partageant un savoir faire scientifique et technologique.

Pour un peu plus de 100 000 dollars, vous pouvez explorer la proue du Titanic tout en partageant un savoir faire scientifique et technologique lors de cette nouvelle expédition.

La curiosité m’a poussé à regarder de plus près l’organisation de l’expédition prévue pour mai 2018. Du programme jour par jour, au matériel utilisé en passant par les types de missions mises en avant, l’expédition annonce bien un caractère scientifique même si le voyage promet un petit tour sur la proue, au niveau de l’emplacement de l’ancien grand escalier ou sur quelques autres lieux connus de l’épave. Quand à la formation des personnes sélectionnées pour cette aventure, cette dernière promet d’être une réelle immersion au sein de l’équipe de l’expédition. Les candidats choisis selon des conditions strictes doivent participer à la vie à bord et s’intégrer pleinement au sein de l’équipe de scientifiques, de techniciens et des membres d’équipage du navire et du submersible, le Cyclops 2, seul sous-marin privé capable de plonger à 4 000 mètres de profondeur . Pour ne donner que quelques exemples des missions proposées, les personnes choisies et ayant financées une partie de l’expédition pour 105 129 dollars chacune, pourront devenir opérateurs sonar, observateurs dans le submersible. A l’inverse, les personnes désirant rester sur le navire opérateur pourront se spécialiser en tant que technicien de service, analyste vidéos et images ou encore aider à planifier les plongées selon les conditions météorologiques. En somme, cette expédition offre une véritable formation pour les passionnés d’océanographie et titanicophiles riches.

Mais à quoi servent toutes ces missions en réalité en comptant cette prochaine exploration sur l’épave? La dernière « vraie » expédition scientifique a eu lieu il y a huit ans. Bientôt donc 10 ans qu’il n’y a pas eu de recherches scientifiques sur le Titanic gisant dans un environnement hostile avec la montée de la pollution marine. Rappelons que la structure de l’épave composée de différents composants (acier, fer, manganèse etc…) sert de nourriture aux bactéries sous-marines vivants dans les profondeurs abyssales de l’océan Atlantique. L’expédition de 2018 se focalise sur un but général, celui de cartographier le site de l’épave en 3D et non plus en 2D comme en 2010. Les nouvelles technologies développées offrent des opportunités de redécouvrir les restes du Titanic. Au premier abord, on pourrait croire que cette nouvelle mission de « sauvegarde » du site de l’épave est en totale rupture avec l’expédition de 2010. Au contraire, la volonté de compléter les données récupérées en 2010 semble bien présente. Pour mieux illustrer cette continuité, la « Titanic Survey expedition » ou l’étude longitudinale de l’épave, nom donnée à cette future expédition, a pour objectifs précis : la création d’un modèle 3D du site de l’épave (proue, poupe et champs de débris inclus), l’amélioration et la réactualisation de la base de donnée créée en 2010 en fournissant des données manquantes grâce à de nouvelles vidéos et d’images dans le but d’analyser en détail l’évolution de la dégradation de l’épave ainsi que de la faune et la flore environnantes. En conséquent, cette future expédition n’a rien de très touristique pour les personnes choisies au vu de cette description des plus scientifiques. D’autant que les conditions et l’expérience des personnes sélectionnées restreignent le nombre de candidats pouvant prendre part à cette aventure sous-marine où les conditions de vie sont rudes et les risques bien présents. Très peu pourvus en oxygène, les profondeurs de l’océan Atlantique n’accueillent que des bactéries et des espèces animales habituées à la forte pression de l’eau et à l’absence de lumière.

La « Titanic Survey expedition » :  une démocratisation des expéditions scientifiques?

Le Cyclops 2 n'appartient à aucun État contrairement au Nautile (France)  ou aux Mir 1 et Mir 2 (Russie).

Le Cyclops 2 n’appartient à aucun État contrairement au Nautile (France) ou aux Mir 1 et Mir 2 (Russie). (Source : Oceangate.com)

Organisée sur huit jours où l’équipage va vivre sur un navire d’une capacité d’accueil de 20 personnes, le rythme du quotidien va tourner autour des rotations de l’hélicoptère chargé d’emmener les futurs membres de l’expédition sélectionnés. Également ponctuée de présentations et de formations brèves sur l’utilisation du matériel et le management de la planification des 6 plongées sous-marines de 6 à 8h chacune, les heureux chanceux pourront débattre, organiser des discussions et des conférences, observer et analyser les images et les vidéos de l’épave. Le partage de connaissance et d’expériences de chacun des membres de l’équipage paraît être le maître mot de cette expédition. La finalité et le rôle des personnes sélectionnées sont loin de faire d’elle des touristes lambda prêts à payer le prix fort pour un voyage organisée comme l’expédition de 2015 où les sous-marins russes Mir 1 et Mir 2 avaient été utilisés à nouveau. Cette nouvelle expédition ne ressemble également en rien à celle de 1996.

En effet, il y a 21 ans, lors de la première des expéditions de la « Big Piece », des navires de croisières étaient également présents sur le lieu de l’épave pour assister aux opérations de récupération d’une partie de la coque, baptisée « Big Piece » en référence à sa taille immense et à son poids. Pourtant cette première expédition avait été un demi échec. Bien soutenue par un système d’attaches et flottant à une centaine de mètres sous la surface de l’océan, la « Big Piece » avait lâché sous son poids important. L’équipe de scientifiques et d’experts de la RMS Titanic Inc., détentrice des droits d’exploitation sur l’épave, avait dû faire face à des conditions météorologiques mauvaises, la contraignant à laisser la Big Piece dans l’océan sous le regard des touristes. S’ils étaient bien présents à bord les navires de croisières, ils n’avaient pas pu participer à l’expédition. Seul l’équipe de l’expédition prenait les décisions dont PH Nargeolet et le regretté George Tulloch. Idem en 1998 et en 2010, seul un cercle fermé de scientifiques, d’experts, d’historiens souvent rattachés à la RMS Titanic ont pu participer à des expéditions scientifiques jusqu’à maintenant. Cette expédition de 2018 ouvre un nouveau chapitre. Mais s’agira t-il bien d’une expédition réellement bien scientifique permettant à des personnes extérieures du cercle fermé de la RMS Titanic Inc. de pouvoir contribuer à sauver le site du Titanic? Il faut attendre jusqu’en mai 2018 pour avoir une réponse des plus sûres et en tirer des conclusions définitives.

Pour en savoir d’avantage sur le programme de la « Titanic Survey expedition », toutes les informations utiles se trouvent sur le site de Bluefish, organisateur de l’expédition : http://thebluefish.com/visit-the-titanic/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s