La soirée nucléaire et holywoodienne du 103ème anniversaire du naufrage du Titanic.

Si le centenaire du naufrage du Lusitania reste encore dans les esprits, certains passionnés n’ont sans doute pas raté la soirée hommage du 103ème anniversaire du naufrage du Titanic. Durant cette longue soirée, les multiples causes du naufrage ainsi que la mythologie tournant autour du célèbre paquebot a été disséquée en long et en large. Sur les trois documentaires diffusés sur RMC Découverte, seul le deuxième document touche véritablement à l’épave et à la condition de sa découverte. Et pour ne pas spoiler, je vais n’évoquer que brièvement le contenu des documentaires  en soulignant quelques éléments pertinents.

Maquette du Titanic servant à l'auteur de l'enquête dans le documentaire Titanic : affaire classé.

Maquette du Titanic servant à l’auteur de l’enquête dans le documentaire Titanic : affaire classé. (RMC découverte)

RMC Découverte rendait hommage aux victimes du naufrage en diffusant ou rediffusant trois documentaires sur le « paquebot des rêves ». Le premier d’entre eux intitulé « Titanic, affaire classé » relate une énième fois les « véritables »  cause du naufrage grâce à l’intervention d’un historien et auteur, Tim Maltin. Inutile de préciser que percer les vraies causes de la tragédie ressemble à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin. Le naufrage du Titanic garde ses mystères à l’instar de son rival, le Lusitania, paquebot ayant droit à quelques enquêtes du même genre. Néanmoins, ce document s’articulant sur les recherches de cet historien se penche sur les conditions climatiques et les phénomènes atmosphériques marins dans une zone de glaces. Cette théorie de réflexion et d’illusion d’optique  avait été mentionnée mais jamais réellement expliquer en détails jusque là. Est-elle néanmoins la véritable cause de la perte du Titanic qui cette nuit n’a pas pu éviter la collision avec un iceberg? Personne ne peut l’affirmer. Tout au plus, il faut voir dans cette explication un des facteurs liés à la « situation météorologique exceptionnelle » lorsque le « Géant des mers » a rencontré son tragique destin la nuit du 14 au 15 avril 1912.

Le USS Tresher en service.

Le USS Tresher en service.

Le second document « Le secret nucléaire du Titanic » se focalise plus particulièrement sur la découverte de l’épave du paquebot, la nuit du 1er septembre 1985. Ce document met en lumière les deux missions secrètes de Robert Ballard durant la première phase de recherche de l’épave du paquebot jumeau de l’Olympic effectuée par l’équipe française de l’Ifremer. Alors que cette dernière rencontrait des difficultés dans la localisation du lieu du naufrage, Robert Ballard et son équipe scientifique localisait avec succès deux épaves de sous-marins américains disparus avec leurs équipages dans les années 1960. Le USS Tresher (SSN-593) et le USS Scorpion (SSN-589) ont respectivement fait naufrage  en 1963 et en 1968. Les pertes de ces deux sous-marins nucléaires servant durant la guerre froide ont causé la mort de 228 marins et causé un certain traumatisme au sein de l’armée. De son côté, Robert Ballard, océanographe américain décide de demander de l’aide à l’US Navy afin de mener à bien l’expédition de localisation de l’épave du Titanic. Profitant des services du scientifique, l’armée américaine propose son aide en contrepartie des deux missions de localisation des sous-marins disparus depuis presque 20 ans.

USS Scorpion

Le USS Scorpion en mer.

Acceptant les missions, Robert Ballard se presse afin de s’atteler à la localisation du Titanic, « objet » également tant désiré par un autre passionné, Jack Grimm, millionnaire texan. Ce dernier a financé et participé à des missions de localisation de l’épave en 1981 et en 1983. La concurrence entre le deux hommes se fait sentir. Afin de rejoindre le plus vite possible l’équipe de l’IFREMER, Robert Ballard et son équipe retrouve les deux sous-marins américains en peu de temps . Au final, ces deux épaves nucléaires précieuses au yeux de l’US Navy permet à Ballard de mieux appréhender la localisation de l’épave du Titanic. Ce documentaire faisant l’éloge d’un des deux « découvreurs » de l’épave reste passionnant mais mentionne peu l’aspect international de la mission de recherches scientifiques. Les allusions à l’équipe de l’exploration française sont rares, ce qui peut être regrettable pour les téléspectateurs d’apprendre que la France a joué un rôle dans la découverte du paquebot historique.

Comment ne pas faire allusion au Titanic sans évoquer le célébrissime film de James Cameron. Le dernier document précédemment diffusé sur France 5 relate le parallèle entre le scénario et la tragédie historique du naufrage. « Un film, une histoire : le Titanic » s’intéresse aux personnages de Rose et de Jack, aux conditions de survie et à la mort des passagers dans l’eau glacée de l’Atlantique. Par le biais des histoires personnelles de certains passagers (Rosa Abbott et Joseph Dawson) ou encore par des tests scientifiques capables d’évaluer la durée de survie d’un homme dans l’eau glacée et bien d’autres points pertinents, ce documentaire reste plaisant à regarder mais n’est pas une référence. Regardé à la lumière du film, il s’avère intéressant pour mieux comprendre la fiction découlant de l’histoire du naufrage du Titanic. S’il n’y a qu’un conseil à vous donner, dès que vous voyez le mot « vérité » accolé au sujet du Titanic, ne prenez pas en considération la véracité des différentes théories sur les causes du naufrage du paquebot. Il ne faut pas oublier que la nuit du 15 avril, plus de 2224 passagers et membres d’équipage ont vu « leurs » vérités. Les quelques 700 survivants du naufrage ont rapporté leurs vérités lors de leurs arrivées à New-York par la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s