Liverpool, une ville attachée à son héritage maritime.

Je vous écrit directement de Liverpool pour vous faire partager mes impressions de passionnée de paquebots dans une des villes symbolisant le plus l’héritage de ces navires historiques. Je sillonne depuis presque une semaine les lieux historiques et les musées, témoins et héritage d’une ville très fortement connectée à la Cunard line et à la White Star line. Tout aux alentours, il y a des monuments dédiés aux marins mais aussi à de célèbres naufrages dont ceux du Titanic, du Lusitania ou du Lancastria. Autre mise en valeur de cette histoire maritime de la cité liverpuldienne, les bâtiments des deux compagnies maritimes dont je vous ai précédemment citées entoure Liverpool. En effet, les sièges historiques de ces deux compagnies concurrentes sont presque rivales géographiquement puisqu’elles se trouvent à peu près en face l’une de l’autre. Le Merseyside Maritime Museum rend également hommage à de nombreux naufrages de navires dont ceux du Titanic, de l’Empress of Ireland et du Titanic en plus d’autre naufrages qui gagnerait à être reconnus.

Une ville directement touchée par les naufrages de paquebots célèbres.

Albion House, ancien siège de la White Star Line.

Albion House, ancien siège de la White Star Line.

Lors du centième anniversaire du naufrage du Titanic, les médias se sont presque ou tous tournés vers Belfast qui renouait en grande pompe avec son passé historique et son lien avec le « géant » des mers. Liverpool a profité de ce contexte particulier mais n’a pas bénéficié d’un tel enthousiasme de la part des médias. Et pourtant la ville revendique ouvertement son héritage avec le Titanic puisque les sculptures et les manifestations culturelles sont encore présentes. Le Merseyside maritime museum consacre deux expositions sur le paquebot. La première dédiée plus généralement aux marins et officiers du paquebot. La seconde se focalise sur le lien qui unissait le Titanic et la ville. En effet, le port d’attache du sister-ship de l’Olympic était Liverpool et non Southampton. Le Titanic ne s’est jamais arrêté sur la Mersey et seul son sister-ship ainée a pu être admiré par les liverpuldiens. Cela n’a pas empêché un hommage aux mécaniciens morts lors du naufrage du Titanic puis qu’un monument leur est dédié près du siège de la White Star Line situé au 30 James Street.

Contrairement à son rival, le Lusitania a foulé le fleuve Mersey durant ses 8 ans de carrière. Le paquebot devait revoir son port d’attache le 7 mai 1915 mais une torpille l’a coulé créant ainsi sa légende s’ajoutant à celle des navires tristement célèbres pour leurs naufrages. Même si le naufrage n’a pas créé d’émeute contrairement à celui du Titanic, la tragédie du « Lévrier des mers » est restée ancrée dans l’âme de la ville. D’ailleurs, une des hélices du paquebot est exposée en face du Merseyside maritime museum. A l’origine, il y avait deux autres hélices mais une à été vendue à un golf et le destin de l’autre est inconnue. Bien qu’en mauvais état, l’hélice conserve une certaine âme en connexion avec sa tragique histoire. D’autres objets provenant du Lusitania sont exposés à l’intérieur du musée dont une chaise longue et une montre à gousset du capitaine William Turner. Un autre bâtiment commémoratif peut être admiré devant l’ancien siège historique de la Cunard Line, un mémorial en hommage aux marins morts pendant les missions militaires des navires de la compagnie lors des deux guerres mondiales.

Une des hélices repêchées de l'épave du Lusitania.

Une des hélices repêchées de l’épave du Lusitania.

Un héritage de plus en plus reconnu : la renaissance d’une cité maritime moderne.

Liverpool à longtemps souffert de la rivalité des autres ports. Le port liverpuldien était le deuxième de Grande-Bretagne avec une renommée reconnue à travers le monde grâce aux paquebots de la White Star et de la Cunard. Des décennies après avoir perdu cette fierté dans les années 1960 avec l’arrivée des avions défiant toute concurrence face aux paquebots, la ville retrouve une place en s’inspirant et en reconnaissant un passé douloureux avec les naufrages du Titanic, du Lusitania et même du Lancastria. Pour résumer, ce dernier, réquisitionné par la Royal Navy est coulé dans le port de Saint-Nazaire en 1942 faisant beaucoup de victimes parmi les soldats britanniques. Grâce à la rénovation des quais, ce travail de commémoration s’est fait en faveur d’un passé en lien avec de nombreux naufrages tout en modernisant la ville.

A la fin des années 1960, la Cunard Line installe son siège social à Southampton pour former une unité avec le port d’attache de ses navires depuis les années 1920. En plus de ce départ, Liverpool avait vu auparavant la fin de la White Star Line avec la fusion de celle-ci  par sa concurrente en 1934 puis son absorption totale en 1947. Devenue la Cunard White Star, les deux compagnies s’étaient transformées en une seule compagnie qui survit encore aujourd’hui. Cependant la ville n’a pas laissé dépérir cet héritage car les sièges sociaux historiques des deux compagnies sont entretenus bien que celui de la White Star Line (surnommé Albion House) laisse à désirer malgré son récent achat. Le bâtiment devrait être restauré et transformé en hôtel de luxe inspiré des décorations du Titanic.

Ancien siège de la Cunard Line  en face de la Mersey et à deux pas de l'Albion House.

Ancien siège de la Cunard Line puis de la Cunard White Star Line, le bâtiment est situé en face de la Mersey et à deux pas de l’Albion House.

Ce projet s’ajoute aux nombreuses autres commémorations dédiées aux paquebots qui ont fait de Liverpool une cité maritime historique mais aussi le port d’attache des illustres navires, sorte de domicile des navires reposant aujourd’hui dans les fonds océaniques sous forme d’épaves. Pour connaitre l’histoire d’une épave, il faut connaître avant tout son histoire et son origine. Beaucoup d’épaves de navires britanniques du XXème siècle proviennent de Liverpool et témoignent du savoir faire des industries liverpuldiennes. Si vous avez l’occasion de visiter cette ville, je vous le recommande car vous comprendrez la dimension humaine de la perte de marins mais aussi la dimension matérielle qui ont fait la gloire et les beaux jours du deuxième port britannique. En espérant attirer votre curiosité, je termine en vous disant tout simplement que des paquebots se cachent souvent derrière les Beatles.

(photos sous droits d’auteur)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s