Le naufrage du HMHS Britannic

Sister-ship du Titanic, le Britannic a eu une courte carrière militaire méconnue par rapport à son jumeau. Construit peu après le naufrage du Titanic, le Britannic subit les modifications imposées par les nouvelles normes de sécurité concernant les paquebots de luxe. Le Britannic est achevé en 1914 mais se retrouve réquisitionné par la Royal Navy pour transporter les soldats bléssés de la Méditerranée à l’Angleterre. Transformé en navire-hôpital pouvant accueillir 3309 patients, le Britannic effectue ses cinq premières missions sans soucis. Lors de sa sixième mission il coule en mer Egée le 21 novembre 1916.

Le HMHS Britannic en pleine mission

L’épave de ce mastodonte à l’avenir promettant a été retrouvée par le célèbre explorateur français, Jean-Yves Cousteau en décembre 1975 près de l’ile de grecque de Kéa. L’équipe de Cousteau y a réalisé des plongées en explorant la coque et les intérieurs de l’épave encore en bon état. Quelques objets ont pu être remontés dont un sextant qui a probablement servit avant la « fin »du Britannic. D’autres expéditions ont succédé depuis. Ces dernières ont tenté de trouver la cause du naufrage en examinant de nouveau la coque endommagée de l’épave du Britannic. L’hypothèse de la mine par rapport à celle de la torpille semble plus vraisemblable et celle qui est le plus retenue. Parmi les expéditions à retenir, celle de Robert Ballard en 1993 et celle de 2009 ont le plus marqué les esprits. L’expédition de Robert Ballard a « popularisé » l’épave du Britannic tandis que celle de 2009 a été marqué par le décès d’un plongeur, Carl Spencer.

Peinture de l’épave du Britannic (ici la proue en premier plan)

L’épave du Britannic, encore en un seul morceau et couchée sur le flanc tribord fait l’objet d’une protection et d’un projet de musée sous-marin, idée émise par Robert Ballard dans les années 2000. Actuellement, l’épave est la propriété d’un historien et spécialiste maritime, Simon Mills.

Publicités

Une réflexion sur “Le naufrage du HMHS Britannic

  1. Il y a une petite erreur sur la photo : le Britannic n’est pas en mission mais en « charbonnage ». Bel article en tous cas. Concernant la cause du naufrage, il ne fait presque aucun doute que c’est bien une mine qui l’a coulée : rapport du sous-marin ayant posé un barrage dans cette zone, ancres de mines retrouvées. Quand à l’explication du naufrage en elle-même, il n’y a jamais eu eu de mystère réellement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s